Qu’est-ce qu’un antihistaminique ?

Qu’est-ce qu’un antihistaminique ?

Médicaments généralement administrés dans le cadre de traitements allergiques, les antihistaminiques visent à réduire ou à éliminer les effets de l’histamine. Ils permettent ainsi de réduire certains symptômes de la crise allergique comme les démangeaisons, le nez qui coule, les yeux qui pleurent, les éternuements…Mais qu’est-ce qu’un antihistaminique exactement ? Et surtout comment ça marche ? Petit tour d’horizon sur ces médicaments.

Antihistaminique : qu’est-ce que c’est?

Un antihistaminique est un médicament aux propriétés antagonistes qui visent à réduire ou éliminer radicalement les réactions que provoque l’histamine dans l’organisme humain. Pour ceux qui ne le savent pas, l’histamine est une substance chimique endogène sécrétée par l’organisme au cours d’une réaction allergique. Elle a donc pour but d’éliminer ou d’expulser le corps étranger présent dans l’organisme. Ce qui se manifeste par des réactions allergiques violentes ou incessantes. D’où l’intervention de l’antihistaminique qui peut alors soigner plusieurs symptômes d’une crise allergique. La plupart de ces médicaments sont sur ordonnance mais il est possible d’en trouver en vente libre, tel que le  l’Aerius. : cliquez ici pour en savoir plus.

En ce qui concerne les symptômes, il peut s’agir d’une crise d’éternuement, de démangeaisons de la peau, d’écoulement et de chatouillement nasal, d’irritation des yeux ou de larmoiement, etc. Mais en aucun cas, ce médicament ne peut traiter efficacement l’asthme. Puisque, les allergies sont généralement le résultat de l’hyperactivité du système immunitaire face aux dangers que représentent les allergènes ou corps étrangers pour la santé humaine.

Il est vrai que le rôle fondamental de l’antihistaminique reste tout de même la destruction des corps étrangers présents dans l’organisme. Mais, cette molécule peut toutefois intervenir au cours d’autres processus chimiques. Habituellement, l’expression antihistaminique est employée davantage pour désigner les antagonistes aux récepteurs H1 (ou antihistaminiques H1) que les antagonistes aux récepteurs H2. Ceci pour la raison qu’il existe en effet d’autres vecteurs à action antihistaminergique. Il s’agit en occurrence d’antagonistes, non compétitifs, à la mutation de l’histidine (un acide aminé) en histamine. Ils sont appelés antihistaminiques atypiques et inhibent l’activité enzymatique de l’histidine décarboxylase.

Fonctionnement des antihistaminiques

Comme souligné précédemment, les antihistaminiques agissent essentiellement comme des inhibiteurs aux récepteurs de l’histamine. Ils ont pour effet de calmer les récepteurs spécifiques de la molécule histamine responsable de la réaction allergique sans pour autant mettre fin à la production d’histamine. À cet effet, notons qu’il existe principalement, deux types d’antihistaminiques à savoir : les antihistaminiques H1 et H2. Et il ne faut surtout pas confondre ces ceux traitements, car leurs cibles thérapeutiques sont très distinctes.

L’antihistaminique H1 a pour cible les récepteurs H1, présent dans tout le corps pour empêcher les crises allergiques de se manifester. Très indiqué dans le traitement des symptômes de rhinites allergiques saisonnières, il soigne aisément :

  • le rhume des foins
  • l’urticaire
  • la conjonctivite allergique
  • le prurit (dermatite atomique, morsures d’insectes)
  • les réactions anaphylactiques
  • la sédation au cours de la 1ère génération
  • les nausées et vomissement au cours de la 1ère génération, etc.

Il permet également aux vaisseaux sanguins de se dilater pour empêcher tout risque d’apparitions d’œdèmes.

Par contre l’antihistaminique H2 agit principalement sur les récepteurs H2 situés au niveau de l’estomac précisément dans la muqueuse gastrique. Ce type d’antihistaminique est particulièrement employé dans le soin du duodénum et des troubles liés à l’ulcère à l’estomac. Et ceci pour qu’en cas de reflux gastro-œsophagien, il puisse diminuer l’acidité gastrique de l’estomac.

Cependant, l’antihistaminique H2 a un effet très limité dans le soulagement de certaines réactions allergiques. Mais il est beaucoup plus indiqué dans le traitement de certaines pathologies atypiques comme l’urticaire chronique.

Bon à savoir

En fonction de la nature de l’état allergique du concerné, les antihistaminiques sont administrés par voie locale ou par voie générale (systémique).

En ce qui concerne les effets secondaires, ils provoquent généralement la somnolence diurne et des troubles cognitifs de par leurs effets anticholinergiques chez les patients. Ces effets interviennent lorsque la prise du médicament se fait en matinée. Dans ce cas, au lieu des 12 heures d’actions réglementaires, l’effet passe à 24 heures.

Et si vous aimez les traitements naturels, voici 8 médecines alternatives qui pourraient vous convenir.