Le portail du corps et de l'esprit » Santé » Les différents troubles du sommeil chez l’adulte et l’enfant

Les différents troubles du sommeil chez l’adulte et l’enfant

Les différents troubles du sommeil chez l’adulte et l’enfant

Ce n’est plus un secret, le sommeil assure de nombreuses fonctions vitales comme l’équilibre du métabolisme des liquides, la maintenance du métabolisme neuronal ou encore la mise au repos du système cardiovasculaire. Lorsque le bon déroulement du sommeil est affecté par des troubles, cela peut être à l’origine de plusieurs problèmes cognitifs, parfois comportementaux. Il existe trois grandes catégories de troubles du sommeil avec des symptômes spécifiques. Plus de détails dans la suite de cet article.

Quand parle-t-on de troubles du sommeil ?

On parle de troubles du sommeil lorsque la qualité (profondeur et durée) de ce dernier connaît des perturbations. A ce sujet, les méthodes et thérapies pour retrouver un sommeil réparateur sont nombreuses et celle qui a le vent en poupe en ce moment consiste à faire une cure de sommeil : elle permet de refaire des nuits réparatrices et réguler durablement votre horloge biologique.

En ce qui concerne les troubles, on les regroupe en trois différents groupes.

Les parasomnies

Ce sont des troubles ayant pour source des comportements anormaux durant le sommeil ou au réveil. Ils sont plus fréquents chez les plus petits, mais peuvent persister chez certains adultes. Ils se manifestent sous plusieurs formes à savoir :

  • le somnambulisme : pathologie grave et dangereuse qui se manifeste par l’accomplissement de certains actes durant un sommeil profond et lent. Les patients ne se souviennent généralement pas de ce qui s’est passé après leur réveil, ce qui rend la pathologie plus complexe
  • les terreurs nocturnes : ils sont à l’origine des pleurs et hurlements de certains enfants dans la nuit, après quelques heures de sommeil. Pris par une angoisse inconsciente liée à un cauchemar ou autre, les enfants peinent à atteindre le sommeil paradoxal
  • les rythmies d’endormissement : elles se caractérisent par de violents mouvements agités qui perturbent le patient au cours du sommeil
  • le bruxisme : lorsqu’une personne grince constamment les dents durant son sommeil. Cela empêche le patient d’avoir un sommeil profond et de longue durée
  • la somniloquie : Elle consiste à parler pendant son sommeil
  • les hallucinations hypnagogiques : troubles sensoriels se manifestant par des hallucinations visuelles, auditives parfois même kinesthésiques. Ces hallucinations rendent le sommeil léger.

Les dyssomnies

Les dyssomnies rassemblent les insomnies de toute sorte. L’insomnie est le trouble de sommeil le plus fréquent en France. Il peut avoir différentes origines et se décliner sous plusieurs formes. Elle peut être liée à la consommation d’alcool ou de médicaments et chez certains patients, à la consommation abusive de café. Ce type d’insomnie est généralement occasionnel et peut disparaître dans quelques semaines, si des dispositions sont prises.

Parfois, l’insomnie peut être causée par un changement d’environnement. Lorsque vous optez pour un milieu en haute altitude pour vos vacances par exemple, la qualité de l’air peut être à l’origine de ce trouble. Lorsque l’environnement de sommeil est modifié (changement de lumière, de bruit …), vous pouvez également souffrir d’insomnie. Il en va de même pour une quelconque modification de votre mode de vie (changement de travail, examen, perte d’un proche…) : on parle alors d’insomnie intrinsèque.

Il faut noter que certaines insomnies sont chroniques. Comparativement aux troubles de sommeil passagers, celles-ci peuvent s’étendre sur des mois, parfois des années si rien n’est fait. Lorsque l’insomnie dure trop longtemps, une prise en charge rapide est recommandée.

Les troubles du sommeil d’origine psychiatrique, neurologique, etc…

Les troubles du sommeil d’origine psychiatrique, neurologique ou liés à d’autres maladies sont généralement chroniques. En effet, les troubles anxiodépressifs constituent une cause majeure d’insomnie. Et près de 72 % des dépressifs se plaignent d’insomnie chronique.

Les troubles du sommeil peuvent avoir des origines psychologiques liées au train de vie quotidien. En effet, une anxiété excessive, un traumatisme ou un simple stress émotionnel peuvent affecter la qualité de votre sommeil.

Certaines maladies sont également à l’origine de troubles de sommeil. Il s’agit notamment de maladies neuropsychiatriques telles que la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, la psychose maniaco-dépressive… Aussi, la fièvre, la grippe ou certaines douleurs chroniques peuvent partiellement engendrer des troubles de sommeil.

Comment reconnaître un trouble de sommeil ?

Lorsque vous avez des difficultés à vous relaxer et à vous endormir ou encore des réveils constants dans la nuit, vous souffrez probablement d’un trouble du sommeil. Quand ces symptômes dépassent 3 mois et surviennent au moins 3 fois par semaine, il est recommandé, sans plus attendre, de se rapprocher le possible d’un spécialiste. Dans tous les cas, consultez rapidement votre généraliste.

Que faut-il faire en cas de trouble du sommeil ?

Un trouble du sommeil peut facilement et très rapidement affecter votre santé physique et psychologique. Et comme souligné un peu plus haut, il faudrait, dès les premiers symptômes, consulter pour entamer un traitement.

Par ailleurs, lorsque vous avez des difficultés à dormir dans la nuit, il vaut mieux vous lever et vous occuper à autre chose. Cela évite les risques de dépressions.

Quelques conseils pour mieux dormir

Il est important de suivre certaines règles pour ménager son temps de repos et éviter les somnolences à longueur de journée et des risques de troubles.

Veiller à l’hygiène du sommeil

Votre chambre est un lieu spécifiquement réservé au repos et à la détente, évitez donc d’y mettre des distractions comme la télévision, l’ordinateur ou d’y faire vos devoirs. Votre chambre doit, en effet, être silencieuse et apaisante avant de dormir. Il est également important que votre lit soit assez confortable.

Régularité du sommeil

Lorsque vous vous couchez sans avoir sommeil, il est évident que vous vous ennuyez dans le lit et que cela engendre du stress. Si vous n’avez pas sommeil, essayez de vous détendre par une activité, le temps que la fatigue s’impose.

Un autre facteur important est de se coucher et se lever à peu près à la même heure chaque jour, cela favorise la régularisation de votre horloge biologique.

Faites du vide dans votre tête avant d’aller au lit

L’anxiété demeure l’une des principales causes des trouble du sommeil. Il est à cet effet important de faire le vide dans votre tête avant de vous coucher. Même si c’est difficile d’oublier vos problèmes, essayez de ne pas y penser temporairement.

Vous pouvez par exemple mettre en place un rituel qui va consister à faire une activité simple et relaxante chaque soir avant d’aller au lit. Surtout, évitez des tâches trop stressantes juste avant d’aller vous coucher.

Mangez léger avant de dormir

Un repas copieux au souper ne vous aidera pas à bien dormir. Veillez aussi à mettre une bonne distance entre l’heure de souper et l’heure à laquelle vous comptez dormir. Vous trouverez ici quelques conseils diététiques pour bien manger.

Évitez, par ailleurs, de trop boire. Ainsi, vous n’aurez pas à vous réveiller plusieurs fois la nuit pour aller uriner.