Le portail du corps et de l'esprit » Santé » Quelles perspectives pour les enfants TDAH ?

Quelles perspectives pour les enfants TDAH ?

Quelles perspectives pour les enfants TDAH ?

Depuis le début des années 1960 en France, nous faisons beaucoup plus attention aux comportements des enfants à l’école. Ce qui était autrefois considéré à tort comme un mauvais trait de caractère ou un manque d’éducation est en réalité un trouble neuro-développemental très sérieux et reconnu dans le milieu médical. Aujourd’hui, de nombreux enfants sont suivis par des professionnels de santé, mais la prise en charge à l’école reste encore à améliorer faute de personnel adapté.

Qu’est-ce que le TDAH ?

L’appellation de ce syndrome a changé plusieurs fois, mais la pathologie reste la même. Aujourd’hui, on utilise l’acronyme TDAH qui signifie : trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Cela permet au médecin de prendre en charge des enfants qui présentent l’ensemble de ces symptômes sans manifester particulièrement d’hyperactivité. Lorsqu’un enfant est suspecté d’être atteint du syndrome, on lui fait passer des tests pour établir un diagnostic. Le TDAH est composé de 7 classes en fonction des symptômes développés, de leur intensité ou de leur caractère cyclique ou permanent. Certains enfants peuvent développer des comportements impulsifs, obsessionnels, négatifs voire de profondes angoisses. En fonction de la catégorie dans laquelle il se trouve, l’enfant ne sera pas pris en charge de la même manière. Le TDAH peut causer des problèmes physiques au niveau de la parole, de la vision ou de la coordination des mouvements, des troubles de l’humeur et du comportement ou encore des problèmes plus physiologiques.

Comment le détecte-t-on chez les enfants ?

Ce trouble neuro-comportemental est très difficile à déceler. En effet, les enfants ont de l’énergie à revendre par définition, et il est tout à fait normal qu’ils soient très actifs. Comment différencier un enfant hyperactif d’un autre sujet ? Certains signes peuvent alerter les parents, les familles et les enseignants dans un premier temps. Pour commencer, l’enfant peut avoir du mal à se concentrer ou à finir une action, il ne sait pas attendre, n’arrive pas à rester assis et peut être aussi impulsif. Ce dernier symptôme apparaît surtout en préadolescence. Ils se manifestent de manière très démesurée et dépassent de loin le comportement d’un enfant classique qui a de l’énergie.

Comment traite-t-on le TDAH ?

Si l’enfant n’est pas rapidement pris en charge par des spécialistes il peut en arriver à accumuler un certain retard scolaire et se retrouver en situation d’échec. Ces troubles peuvent aller jusqu’à créer chez lui un manque d’estime de soi et occasionnent des problèmes de sociabilisation. Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement pour guérir cette pathologie. Il s’agit ici d’apprendre à l’enfant à vivre avec ces symptômes pour mieux les contrôler. Il n’est d’ailleurs pas exclu que les symptômes réapparaissent par la suite. Dans certains cas, les effets peuvent se dissiper complètement avec le temps. Dans d’autres, il faudra installer un suivi plus important dans la durée. Quoi qu’il arrive, le TDAH n’est pas une fatalité s’il est pris en charge le plus rapidement possible. Aujourd’hui, les deux seuls freins à un traitement rapide sont totalement indépendants de l’enfant. D’abord, il s’agit généralement d’un manque d’observation ou d’information de la part de son entourage. Plus rarement, on observe la réticence de certains parents à reconnaître la situation.