Le portail du corps et de l'esprit » Santé » Les progrès en matière de prothèses auditives

Les progrès en matière de prothèses auditives

Les progrès en matière de prothèses auditives

En France, selon les chiffres, 10 % de la population, soit 7 millions de personnes, ressentiraient des troubles de l’audition. La première cause est liée à l’âge puisque 65 % des personnes de plus de 65 ans ont des problèmes de surdité. Dans d’autres cas, la perte d’audition peut être d’origine congénitale ou pathologique. Enfin, elle peut résulter d’un traumatisme sonore ou d’une exposition prolongée au bruit. Au-delà d’un certain degré de surdité, il est nécessaire d’investir dans une ou deux prothèses auditives, un dispositif d’aide de plus en plus performant.

Les progrès liés à la technologie numérique

Contrairement aux anciens sonotones qui se contentaient de capter et d’amplifier le son capté par le micro, la prothèse auditive numérique va beaucoup plus loin, car elle sélectionne et filtre les sons qu’elle amplifie. Le son de la voix dans une conversation classique se situe à environ 60 décibels. Si le patient a une perte d’audition supérieure à 40 %, il faut augmenter l’amplification d’environ 20 décibels pour restituer un niveau sonore suffisant. Mais si le patient venait à être exposé à un bruit plus intense comme des bruits de travaux, le son d’une alarme ou d’un Klaxon, il devrait alors ressentir une importante gêne dans l’écouteur. De même, avec les anciens sonotones, les bruits environnants gênaient beaucoup les patients qui se sentaient très isolés en groupe.

Aujourd’hui, les microprocesseurs fonctionnent de la manière suivante. Ils captent les sons et les répartissent sur différents canaux qu’ils traitent séparément. D’abord, cela permet de ne restituer que les sons utiles et supprimer tous les bruits parasites. Ensuite, cela permet d’adapter le niveau de l’amplification des bruits pour les restituer à un volume acceptable.

Les derniers modèles de prothèses auditives multiplient les canaux de traitement et incluent un masque pour limiter les acouphènes.

Des prothèses connectées

Aujourd’hui, les fabricants de prothèses auditives se sont adaptés aux besoins des patients et des patientes. Les écouteurs peuvent se connecter en Bluetooth et il est ainsi possible de gérer ses appels téléphoniques et contrôler ses appareils auditifs directement depuis son smartphone. De la même manière, on pourra facilement communiquer avec son assistant vocal ainsi qu’avec tout autre équipement domestique ou professionnel.

Avec un appareil auditif connecté, il est possible d’appairer ses écouteurs avec un téléviseur ou avec un lecteur de musique.

Des prothèses de plus en plus confortables

Les prothèses auditives sont de plus en plus petites et discrètes. La fixation peut être plus ou moins visible selon qu’on choisisse une attache derrière l’oreille ou au niveau du pavillon.

Ces modes de fixation sont beaucoup moins confortables et discrets que pour les prothèses intra-auriculaire qui sont pratiquement invisibles. C’est la solution qui est privilégiée principalement chez les personnes les plus jeunes. Néanmoins, les modèles qui incluent des fonctionnalités supplémentaires sont plus onéreux que les prothèses auditives classiques et ils n’entrent pas dans le cadre de l’offre 100 % santé proposés par les audioprothésistes. Il est donc indispensable d’avoir une bonne assurance complémentaire de santé pour limiter le reste à charge.