Le portail du corps et de l'esprit » Santé » Que faire en cas de déchaussement dentaire ?

Que faire en cas de déchaussement dentaire ?

Que faire en cas de déchaussement dentaire ?

Si des tartres ne cessent de s’accumuler sur vos dents, et que celles-ci commencent à bouger, il se pourrait que vous soyez atteint de déchaussement dentaire. Ne paniquez pas ! Cela peut se guérir et peut même être prévenue, en surveillant la votre dentition. Nous allons découvrir tout de suite comment faire face à ce déchaussement de la dentition.

Qu’est-ce que le déchaussement dentaire ?

Cette maladie vous paraît probablement inconnu au nom, néanmoins elle touche une bonne proportion de la population française.
Appelé également récession parodontite/gingivale, le déchaussement dentaire désigne l’accumulation de tartre sur la surface des dents et dans les sillons gingivaux provoquant une mise à nue de la racine.

Généralement, le déchaussement dentaire est l’évolution finale d’une gingivite non traitée. Cette gingivite donne naissance à une parodontite, provoquant un reculement progressif de la gencive, jusqu’à la destruction des ligaments dentaires.
Ainsi, la racine devient exposée aux bactéries, elle qui a justement pour rôle de protéger votre dent de ces derniers. C’est un problème à ne pas prendre à la légère, puisqu’il peut provoquer la chute de votre dent.

Qu’est-ce qui le provoque ?

Dans la majorité des cas, le déchaussement dentaire résulte de l’hygiène bucco-dentaire ou d’un problème de dents non traités. Voici une liste non-exhaustive des différents facteurs à l’origine d’un déchaussement :

  • Consommation de tabac.
  • Mauvais brossage résultant en l’accumulation de plaque dentaire, usage d’une brosse à dent aux soies trop dures.
  • Hérédité et l’âge (irrigation insuffisante des gencives).
  • Mauvais alignement des dents.
  • Consommation abusive de chewing-gum.
  • Bruxisme (action de grincer des dents).
  • Stress.
  • Carence en vitamines C.

Il n’y a pas de hiérarchie dans cette liste, bien qu’il soit évident, par exemple, que la consommation de tabac ait un plus gros impact que le stress.

Surveiller sa dentition

Il est possible d’anticiper un déchaussement dentaire avant qu’il ne soit trop tard. On note 5 symptômes distinguables et significatifs :

  • Sensibilité accrue à la chaleur, au froid, et à l’acidité (provoquant de la douleur).
  • Une ou plusieurs dents donnent l’impression d’être anormalement plus longue que le reste de vos dents. C’est en fait la racine, normalement dissimulée sous la gencive, que vous observez.
  • Saignement répétitif des gencives lorsque que vous vous brossez les dents.
  • Des gencives enflées, rouges.
  • Des dents mobiles, que vous pouvez sentir bouger, même légèrement.

Comment résoudre ce problème ?

Si vous remarquez un ou plusieurs des symptômes cités ci-dessus, il n’y a pas 36 solutions, il faut appeler votre dentiste. Pas d’inquiétudes, celui-ci saura traiter efficacement votre problème de déchaussement dentaire.

Une fois celui-ci confirmé par radio panoramique, la première action du dentiste sera de nettoyer complètement votre complexe bucco-dentaire, à l’aide d’une curette parodontale ou d’ultra-sons, éliminant le tartre et les bactéries.
Ensuite, le dentiste procède au surfaçage, processus d’élimination de la plaque bactérienne au niveau des racines des dents. La zone devient lisse, empêchant les bactéries d’adhérer à votre dentition. Les poches parodontales sont nettoyées, apportant de la stabilité à votre santé dentaire.
Suite au surfaçage, le dentiste peut vous prescrire des antibiotiques afin de s’assurer que les bactéries ne recolonisent pas aisément vos dents.

Pour les cas plus avancés, non-traitables par simple lavage bucco-dentaire, la solution se trouve dans la greffe de gencive. Celle-ci se réalise en prélevant une fine couche de tissu au niveau du palais, qui sera disposé sur la base de votre dent affectée. C’est une opération simple et très efficace.

De plus en plus, on voit apparaître le traitement au laser, technique offrant une cicatrisation accélérée post-traitement. Cependant, cette méthode coûte cher (jusqu’à 2000€) et n’est pas remboursée par la sécurité sociale.