Attention à l’allergie au gluten

Attention à l’allergie au gluten

Depuis quelque temps, le mot gluten est devenu mieux connu de tous les consommateurs. Il est même dit que cette substance est devenue l’ennemi n° 1 de l’assiette des ménages français. C’est une protéine présente dans certaines céréales, dont le blé, l’orge et le seigle. L’utilisation vise surtout à donner de l’élasticité et du volume aux aliments qui en contiennent. Il s’agit d’aliments bien connus comme le pain, la brioche et les gâteaux. Et maintenant, les gens commencent à craindre l’emploi du gluten. C’est devenu presque automatique de scruter les étiquettes d’aliments pour vérifier la présence ou non de gluten.

L’intolérance au gluten

Il est quelque peu difficile pour le simple consommateur d’identifier une menace d’intolérance au gluten. Toutefois, quelques symptômes peuvent aider avant d’aller se faire des analyses plus poussées. Ce sont, entre autres, des désordres gastriques matérialisés par de douleurs abdominales, des ballonnements, des diarrhées chroniques ou des nausées et vomissements. Ils peuvent être trompeurs, car ils apparaissent d’une façon progressive. Ce n’est qu’après que viennent les signes secondaires :

  • Amaigrissement, fatigue, anémie sont parfois des signaux,
  • Des phases dépressives, des crampes, des douleurs articulaires ou même des aphtes, des engourdissements et des éruptions cutanées ;
  • L’intensité des symptômes varie d’une personne à une autre ; il se peut qu’une personne intolérante au gluten ne montre aucun symptôme ;
  • La femme peut ressentir l’intolérance à travers ses cycles menstruels, lesquels peuvent devenir irréguliers ;
  • La maladie due à l’intolérance peut également atteindre l’enfant avec les désordres gastriques classiques, plus d’autres conséquences plus sérieuses.

La maladie est assez courante en France. Les personnes à risque sont surtout les enfants. Ensuite viennent les femmes âgées de 40 à 50 ans, puis les hommes âgés de 50 à 60 ans. Parmi les personnes à risque figurent également les personnes dont un membre de la famille souffre d’intolérance au gluten.

Diagnostiquer l’intolérance au gluten

pain au glutenL’intolérance au gluten est une maladie dénommée la maladie cœliaque. Ainsi, pour le diagnostic et le test, ils ne seront pas en fonction des symptômes qui apparaissent chez les patients. Le diagnostic de la maladie ne pourra être posé qu’après une analyse de sang. Celle-ci devra révéler la présence des anticorps spécifiques de la maladie (voir le dossier sur les antihistaminiques). Au cas où le résultat est positif, une endoscopie avec biopsie de la partie haute de l’intestin grêle devra être pratiquée. Le patient ne devra adopter un régime sans gluten qu’uniquement après le constat de la disparition des symptômes que la maladie aura confirmée.

En cas d’intolérance sévère au gluten, la solution la plus adaptée est de le bannir complètement de son alimentation. Toutefois, cela représente tout un problème pour un grand nombre de patients. Cependant, il faut tenir en compte que la réduction de la consommation de gluten ne manquera pas d’apporter une réelle amélioration du terrain biologique du patient. Cela aura des impacts positifs sur son état de santé en général. En effet, le traitement fera diminuer les maux de ventre, ballonnements, diarrhées et autres.

Dans le cas d’un régime sans gluten, vous pouvez vous-même faire votre pain sans gluten. Pour cela, si vous souhaitez acheter une machine à pain pour votre cuisine quotidienne, sachez qu’il existe des machines à pain avec programme sans gluten. L’appareil est constitué d’une cuve dans laquelle se trouve une résistance pour la cuisson. Dans celle-ci s’adapte un moule en métal recouvert d’un revêtement antiadhérent où va se dérouler le mélange des ingrédients, puis de pétrir la pâte à pain. Normalement, les machines à pain permettent de faire des pains d’un poids entre 500 et 1500 grammes.